Chargement en cours

Etude sur la microferme permaculturelle et la forêt jardin

Etude sur la microferme permaculturelle et la forêt jardin - France

Bec_Jardin Mandala.jpg

LA FERME DU BEC HELLOUIN

Perrine et Charles Hervé-Gruyer ont créé la Ferme du Bec Hellouin en 2006 avec le désir d’explorer une manière aussi naturelle que possible de cultiver la Terre. La découverte de la permaculture en 2008 entre en profonde résonance avec leurs aspirations : la ferme devient alors un lieu où les concepts de la permaculture fécondent l’agriculture biologique. 

Une Ecole de Permaculture est donc née au cœur de cet espace privilégié, lieu de rencontre et d’échange entre des chercheurs, des paysans, des étudiants de France et d’ailleurs. C’est un endroit unique qui permet aux professionnels et aux particuliers de vivre concrètement et authentiquement l’écologie, en mettant les mains dans la terre pour produire tout ou partie de leur nourriture, en fabriquant leurs outils et construisant écologiquement afin de gagner en autonomie. Les formations de la Ferme du Bec Hellouin sont parrainées par Pierre Rabhi, Philippe Desbrosses et Marc Dufumier.

LE PROJET

La rentabilité économique du maraîchage biologique est généralement faible, or les techniques permaculturelles appliquées à la ferme du Bec-Hellouin proposent de générer une production supérieure, tout en ayant une réelle plus-value écologique.

Après une première étude, réalisée entre 2011 et 2015, qui a montré qu'une micro-agriculture bio-inspirée, pratiquée à la main sur une petite surface (1000 m2) peut atteindre une productivité très importante, un nouveau programme de recherche est lancé, entre 2015 et 2018, pour connaître la viabilité écologique et économique de la microferme permaculturelle et de la forêt-jardin.

Menée en partenariat notamment avec le Groupe de Recherche en Agriculture Biologique, l'Université Libre de Bruxelles et l'Université de Gembloux, l'étude vise à étudier l'efficience et la durabilité des pratiques culturales et l'aptitude à valoriser les services écosystémiques qui sont susceptibles d'engendrer une amélioration des revenus et de la qualité de vie de l'agriculteur. Un autre volet consiste à étudier la performance économique des forêts-jardins et d'envisager la faisabilité technico-économique de vivre d'une forêt-jardin. Ce programme de recherche a pour objectif d’être directement utile aux futurs jardiniers-maraîchers souhaitant s’installer, ainsi qu’aux décideurs et élus locaux.

Galerie Photo

2012-08-24-0481.jpg
2013-08-13-1194.jpg
2013-08-13-1770.jpg
Bec_i?le.jpg
DSC_0442_2.jpg
IMG_4304.jpg

Localisation

Au cœur de la Normandie, à deux pas de l’un des Plus Beaux Villages de France et de sa célèbre abbaye, la Ferme du Bec Hellouin développe la ferme expérimentale et l’éco-centre sur une surface de 16 ha environ.

Contexte

La rentabilité économique du maraîchage biologique est généralement faible. Cette situation tient à différents facteurs : accès au foncier et poids des investissements initiaux, choix stratégiques ou techniques, formes de commercialisation ne permettant pas de dégager une plus-value suffisante, forte sensibilité aux incertitudes exogènes (climat, dynamiques locales des populations de pathogènes et de ravageurs, marchés…).

Parallèlement, la demande en produits issus de l’agriculture biologique augmente rapidement : les consommateurs attentifs aux dimensions sanitaires, écologiques, sociales et éthiques associées à la production de leur alimentation sont toujours plus nombreux. De même, les collectivités sont de plus en plus soucieuses de promouvoir une agriculture de proximité contribuant à l’aménagement durable de leur territoire. Tous ces facteurs invitent à accorder une attention nouvelle à des systèmes capables de répondre à ces enjeux, y compris dans des espaces sous forte influence urbaine où le foncier agricole est limité et difficilement accessible.

La première étude à la ferme « Maraîchage biologique permaculturel et performance économique », réalisée entre 2011 et 2015 par l'Institut Sylva et l'unité SAD-APT de l'INRA-AgroParisTech et coordonnée par François Léger, a démontré que la méthode utilisée pouvait concilier des exigences environnementales et sociales très élevées. En effet, il est possible de créer un emploi à temps plein sur une toute petite surface agricole, avec un mode d’exploitation qui ne fait pas appel aux énergies fossiles, produisant des aliments de qualité produits localement, améliorant la sécurité alimentaire des communautés et leur niveau de santé.

Cette étude a permis de mieux cerner la surface pouvant être cultivée à la main par une personne, mais a aussi suscité des interrogations : comment un jardin maraîcher aussi petit peut-il soutenir durablement un tel niveau de production ?

C’est le cadre de cette seconde étude qui vise à étudier la viabilité écologique et économique de deux systèmes innovants de la ferme : la microferme permaculturelle et la forêt-jardin. 

Objectifs du projet

L’étude va s’attacher à plusieurs objectifs clés :

  • Décrire les conditions internes et externes à la pérennité de la microferme par l’étude du fonctionnement précis des différentes zones permaculturelles et la description des échanges de matière (fumier, copeaux de bois, récoltes…) internes - entre les jardins étudiés- et externes - entre la ferme et son territoire. En effet, la permaculture est une science de la conception de l’agroécosystème et des interactions entre ceux-ci. Un travail sera mené en parallèle sur la description des échanges entre la microferme et son territoire, ce qu’elle reçoit et ce qu’elle apporte de son écosystème, en terme d’externalités positives (écologiques, sociétales)
  • Evaluer l’impact de la conception permaculturelle de la microferme sur la biodiversité
  • Evaluer l’impact de la conception permaculturelle de la microferme sur la création d’humus et l’accroissement de la qualité des sols
  • Comprendre l’impact de la conception permaculturelle sur la séquestration de carbone.

Résultats attendus et activités

  • Définition des protocoles de mesure et des modes d’archivage des données recueillies
  • Validation empirique de ces protocoles sur le terrain. Les mesures seront mises en place dès que ces protocoles auront été validés.
  • Réalisation du descriptif initial des jardins (cartographie, historique, mesures sur les sols et biodiversité…), achevé au printemps 2016
  • Réalisation effective des différentes études
  • Enregistrement et traitement des données
  • Rédaction des rapports intermédiaires et du rapport final.

Parties prenantes

  • Charles et Perrine Hervé-Gruyer sont les propriétaires et gérants de la ferme du Bec Hellouin, ils ont formulé cette étude et suivent la supervision générale.
  • François Léger, directeur de l'unité de recherche UMR SAD-APT, commune à l'INRA et AgroParisTech (Unité Mixte de Recherche - Sciences Action Développement Activités Produits Territoires) supervise l’étude.
  • L’association loi 1901 Institut Sylva portera l’étude. Cette association a été créée pour héberger les études se déroulant à la ferme du Bec Hellouin et promouvoir le concept de permaculture. Le président d’honneur est Philippe Desbrosses.
  • Un comité scientifique, réunissant une vingtaine de « chercheurs » appartenant à différentes disciplines (scientifiques, agronomes, écrivains, sociologues, agroécologues, biomiméticiens…) permet de mobiliser des compétences et des connaissances dans les champs divers, de l’écologie aux sciences humaines qu’exige la conduite d’une telle étude et en garantit la scientificité.
  • Des partenaires scientifiques et techniques sont mobilisés pour les volets biodiversité (Université Libre de Bruxelles, LPO), séquestration du carbone (Carbone4, Ecocert, Pur projet), agroforesterie (Groupe de Recherche en AB, Chambre Régionale d’Agriculture de Normandie, Association Française d’Agroforesterie).
  • Moyens humains : le projet sera piloté par l’ingénieure embauchée dans le cadre de l’étude, Louise Géhin. Sa mission sera d’assurer la coordination du programme, d’étudier les réalisations existantes, collecter les données, rédiger la synthèse finale et assurer la communication des résultats de l’étude. Un poste de sylvanier sera créé, chargé de l’entretien du jardin-forêt et de l’enregistrement des données. Des stagiaires en formation agronomique seront pris en charge par AgroParisTech afin de réaliser des études de terrain.

Financement

La Fondation Terra Symbiosis participe au projet à hauteur de 10 000 € en 2016 et 2017 pour la réalisation de cette deuxième étude.

Pour participer aux projets

Pour soutenir l'action de la fondation Terra Symbiosis, vous pouvez faire un don par courrier et par chèque :

1. Télécharger le formulaire de don.

2. Renvoyer le formulaire accompagné de votre règlement (chèque) par courrier à :

FONDATION TERRA SYMBIOSIS
4 rue Wencker
67000 Strasbourg