Chargement en cours

La ferme pilote de Guiè

La ferme pilote de Guiè - Burkina Faso

AZN perimetre de Guie 10.2003.jpg

TERRE VERTE ET L'AZN

L’ONG Terre Verte a été créée en France en 1989 pour venir en appui à la Ferme Pilote de Guiè créée la même année au Burkina Faso par l’Association locale Zoramb Naagtaaba (AZN) de Guiè. Depuis, la ferme se consacre à restaurer les sols désertifiés de sa région, au travers de plusieurs techniques qui convergent vers un renouvellement du système agricole par la création d’un bocage. Dans une grande liberté d’initiative et en s’inscrivant dans la durée, la Ferme Pilote de Guiè a pu mettre au point un concept nouveau d’aménagement du bocage sahélien, wégoubri en langue mooré.

L’objectif de Terre Verte est de créer des îlots de compétences opérationnelles au cœur du monde rural sahélien. L’ONG développe depuis 2001, d’autres fermes pilotes burkinabés, à Filly dans le Yatenga et à Goema dans le Sanmantenga.

LE PROJET

La vocation de ces fermes pilotes est l’aménagement et la restauration des espaces ruraux, l'introduction des techniques d’agronomie durable, et enfin elles deviennent des prestataires de service pour l’agriculture (travaux mécanisés, commercialisation des produits).

Les fermes sont la propriété des communautés villageoises que Terre Verte appuie techniquement, matériellement et financièrement afin qu’elles puissent intégrer toutes les composantes du développement rural, en s’inscrivant dans la marche du monde contemporain.

Galerie Photo

Semis sous ombrie?re.jpg
Creusage d
pa?turage saison se?che.jpg
IMG_0640.JPG
me?me vue du sol.jpg
Vue ae?r bocage.jpg

Localisation

Le projet est situé au Burkina Faso, dans la région de Guiè.

Contexte

Les hommes, la faune et la flore du Sahel sont habitués de longue date à l’apparition d’années sèches. Cela fait partie des caractéristiques climatiques sahéliennes. Or, depuis une trentaine d’années, ce caractère épisodique du climat est devenu chronique. Les hommes ne sont d’ailleurs pas étrangers aux causes de la désertification ; ils provoquent de grands dommages à l’environnement par les feux de brousse, la coupe irrationnelle du bois, la dégradation du sol par l’agriculture minière, le surpâturage par la divagation des animaux... Et les populations en sont affectées, à travers la pénurie d’eau, l’érosion pernicieuse des sols, la disparition de la flore et de la faune, les famines et la paupérisation du monde rural.

Objectifs du projet

Depuis 1989, la Ferme Pilote s’est implantée dans la région de Guiè et, pour résoudre les problèmes liés à la dégradation des sols et de l’environnement, a expérimenté une nouvelle approche agro-environnementale : celle d’agir de façon intégrée sur tous les aspects de la relation entre l’Homme et son environnement. Elle se consacre à restaurer les sols désertifiés de sa région, au travers de plusieurs techniques qui convergent vers un nouveau système agricole, le bocage sahélien.

La Ferme Pilote de Guiè a adopté 3 axes de recherche s’articulant autour 5 sections ou équipes de travail :

Les 3 axes de travail :

  • l’expérimentation de nouvelles techniques agricoles,
  • la formation des populations, par l’apprentissage (pour les jeunes) et les champs-écoles (pour les adultes),
  • le développement de l’agriculture durable par un appui direct aux paysans, principalement pour l’aménagement du bocage.

Les 5 sections de travail : Pépinière, Elevage, Encadrement technique, Equipement agricole et Cellule d'aménagement foncier.

Résultats attendus et activités

La Ferme Pilote de Guiè a réussi à intégrer la sauvegarde de l’environnement dans l’agriculture sahélienne, grâce à la recherche appliquée et l’expérimentation de nouvelles techniques, la formation et l’appui direct aux paysans.

Ainsi, dans le cadre de l’expérimentation de nouvelles techniques, la Ferme s’est inspirée des diguettes en terre déjà utilisées dans la région, qu’elle a amélioré par des techniques bocagères (mares, haies vives) et par la recherche appliquée, pour développer le concept du bocage sahélien (wégoubri).

Le périmètre bocager ainsi conçu permet :

  • de créer un milieu équilibré associant l’arbre, la culture et l’élevage où l’Homme et la Nature vivent en harmonie,
  • d’offrir aux paysans un meilleur cadre de travail, assurant de bons rendement et durablement productif,
  • de garder l’eau là où elle tombe (par des aménagements de diguettes, de mares et de haies vives),
  • d’atténuer l’action érosive des eaux de la mousson,
  • de maintenir la biodiversité d’un milieu extrêmement fragile.

La formation des populations à ces nouvelles techniques a été réalisée par l’accueil de jeunes apprentis au sein de la ferme et des formations dans leurs champs pour les adultes. L’équipe d’encadrement technique de la ferme joue non seulement un rôle important de formation mais aussi de sensibilisation notamment en ce qui concerne :

  • l’entretien des chemins, de haies et pare-feu au sein des périmètres bocagers,
  • la lutte contre les feux de brousse,
  • la lutte contre l’écobuage dans les parcelles de culture et la sensibilisation aux risques de l’appauvrissement du sol par cette technique,
  • l’application de la rotation des cultures,
  • la mise en valeur des jardins familiaux etc.

Le troisième axe vise à développer une agriculture durable par un appui direct aux paysans, principalement pour l’aménagement du bocage. Le chantier d’aménagement est géré sur le principe des travaux à haute intensité de main d’œuvre rémunérée (HIMO). Ce système permet :

  • d’impliquer les populations rurales dans des grands travaux habituellement confiés à des entreprises mécanisées (diguettes en terre, mare),
  • d’acquérir, pour les contractuels à qui sont confiés les différentes tâches de gros œuvre, de la rigueur, de la précision et des savoir-faire,
  • de stimuler le développement socio-économique de la région,
  • de responsabiliser les parties prenantes à la bonne gestion du périmètre bocager en respectant les trois règles élémentaires de préservation de l’environnement sahélien, que sont la maîtrise du bétail, du feu et de la coupe du bois.

Financement

La Fondation Terra Symbiosis a soutenu la ferme de Guiè pendant 4 ans, de 2011 à 2014, soutenant la formation des apprentis basés à la ferme, la mise en place d'aménagements bocagers et encourageant la participation des paysans via des formations et primes.

Pour participer aux projets

Pour soutenir l'action de la fondation Terra Symbiosis, vous pouvez faire un don par courrier et par chèque :

1. Télécharger le formulaire de don.

2. Renvoyer le formulaire accompagné de votre règlement (chèque) par courrier à :

FONDATION TERRA SYMBIOSIS
4 rue Wencker
67000 Strasbourg